La cartographie des risques permet de mieux comprendre et donc prédire les phénomènes naturels comme les crues torrentielles, les avalanches... Nous sommes ainsi en mesure de réduire leurs impacts.

Trois questions à
Olivier MAQUAIRE

Comment évalue-t-on un risque en milieu littoral ?

Sur un territoire donné, classiquement le risque est apprécié par le croisement d’un aléa et d'un ou plusieurs enjeux. L’aléa est lié principalement, sans oublier la submersion, à une tendance généralisée au recul des côtes (70 % des côtes sableuses du monde et des falaises qui ne peuvent que reculer). Cette tendance érosive doit perdurer compte tenu de la pénurie de sédiments et de la et de la remontée des eaux par le changement climatique. Les enjeux sont liés à une occupation des côtes de plus en plus dense. Mais comme le propose le projet Cocorisco, il est préférable également d’associer à l’aléa, et aux enjeux, les politiques de gestion (mesures de protection, de réparation, réglementations) et les représentations, c'est-à-dire la manière dont les acteurs locaux, gestionnaires de l’espace littoral (élus, services de l’Etat…) et usagers de cet espace (habitants, professionnels de la mer…) perçoivent leur environnement et les risques.

Qu’est-ce qu’on entend par gestion intégrée des espaces littoraux ?

Une gestion intégrée des espaces littoraux doit tenir compte de l’ensemble de la politique nationale du littoral en privilégiant les logiques de partenariat et de projet entre les différents acteurs, au détriment d’une approche juridique et réglementaire contraignante. Elle doit permettre, dans une logique de co-construction de l’espace, de protéger le milieu naturel (sites, paysages et patrimoine), de préserver et de développer les activités économiques. Elle doit également permettre d’anticiper les besoins en espaces pour une relocalisation nécessaire des biens et des personnes, tout en maintenant le dynamisme des territoires. Ainsi, un repli de l’urbanisation et l’acceptation de l’évolution naturelle du littoral peuvent devenir un levier en transformant les contraintes du risque en de nouvelles opportunités de revitalisation.

Quelles sont les limites actuelles pour mettre en place des stratégies de gestion intégrée des espaces littoraux ?

Les limites principales sont liées aux degrés très variables de connaissance des différents risques pouvant affecter un territoire. Ainsi, sur les territoires à falaises, le projet ANR RICOCHET que je coordonne avec Stéphane Costa et Candide Lissak doit permettre d’améliorer la connaissance du fonctionnement des milieux étudiés et de son évolution, des vitesses et temporalités d’évolution actuelles et futures, des interactions possibles entre les forçages, les aléas, et les éléments constitutifs des territoires (arrière falaise, falaise, plage, et les basses vallées/bassin versant), les effets cascades ou chaines d’impacts et ainsi de favoriser  l’appropriation collective des aléas, des risques, des vulnérabilités, des enjeux, aboutissant à la co-construction nécessaire et partagée de projets de territoire sur le long terme.


Activité au sein de ma structure

Les recherches menées au laboratoire s'articulent autour de
L'évolution des paysages actuels :

  •  Transferts sédimentaires (Basse-Normandie)
  •  Mouvements de terrain
    - Glissements (Basse-Normandie, Alpes)
    - Ecroulements de falaise et recul du trait de côtes (Basse-Normandie, Haute-Normandie)
  •  Inondations (bassins du nord de la France)
  •  Erosion des sols (bassins du nord de la France)

Et passés :

  •  Dynamique des paysages au cours de l'Holocène et des périodes historiques (Basse-Normandie, Macédoine (Grèce), Mali)
  • Héritage des ouvrages hydrauliques et l'évolution des cours d'eau (Basse-Normandie)

Mon implication dans le Développement Durable

Responsable de la démarche Campus 21 pour l’université de Caen Basse Normandie.

Mes interventions pour l'IRD2

Rencontre chercheurs
jeudi 06 avril 2017
Projet Ricochet
 
 
 

Mes coordonnées

Site web : http://letg.univ-nantes.fr/fr/laboratoire/3/presentation

Email : olivier.maquaire[at]unicaen.fr