Rien ne nait ni périt mais des choses déjà existantes se combinent puis se séparent de nouveau

Trois questions à
Delphine VINCENOT

Qu’apporte aux acteurs une approche orientée changement (AOC) pour travailler sur une problématique précise ?

Une approche orientée changement s’attache d’abord à mettre en commun les idéaux associés individuellement à un projet pour construire un idéal partagé. Cette vision va fédérer les acteurs autour d’une finalité commune et conjuguer les énergies des différentes parties prenantes.

Elle propose alors de bâtir une stratégie fondée sur des grandes finalités de changement et de placer les actions comme un moyen d’atteindre ces finalités et non comme une fin en soi. Les AOC se fondent sur une démarche collective et participative ; le fait de convier les acteurs à contribuer à un diagnostic partagé permet d’élaborer une stratégie intégrant leurs connaissances et leurs expériences concernant cette problématique et les invite à développer une stratégie intégrant leurs enjeux. Elle prend en considération de facto la complexité des relations et les spécificités d’un territoire.

Enfin, elle combine une visée de long terme avec un pilotage souple et en temps réel, celui-ci se fondant sur une observation régulière de l’évolution des comportements des acteurs et un réajustement des activités planifiées en temps réel. L’enjeu n’est plus de mettre en œuvre les activités prévues, mais d’adapter les activités en fonction du changement visé à long terme.

Pourquoi privilégier une approche plus centrée sur les acteurs que les actions ?

L’approche prend le contrepied de l’approche projet classique qui se fixe des objectifs de résultat et non de changement. Le résultat d’une action est souvent quantitatif comme le nombre de personnes formées ou de formations données quand un changement vise une évolution de comportement, de mentalité, plus qualitatif. Dans le cas d’une formation, on tentera d’observer ce que le fait d’être formé permet aux acteurs de développer comme pouvoir d’agir.
Les changements sont moins maîtrisables à priori, ils résultent de la combinaison de facteurs de différentes dimensions, individuelles, collectives, sociales. Travailler dans une optique de changement demande de développer une compréhension systémique des logiques sociales.
Les AOC mettent au cœur de la réflexion le changement souhaité chez les acteurs et proposent de penser les actions en fonction de ces changements souhaités.

Comment fédérer un groupe d’acteurs autour d’une vision commune ? Quels outils disponibles ?

La vision est fédérative en ce qu’elle se fonde sur le partage des représentations des parties prenantes et leur mise en discussion pour parvenir à l’identification des éléments partagés, et explicités. La vision oblige à s’accorder sur des notions qui demeurent souvent floues. Ainsi, des notions comme l’engagement, l’autonomie seront déclinées concrètement : l’autonomie pourra ainsi être précisée comme le fait que les acteurs d’un territoire sont en capacité de trouver les ressources dont ils ont besoin sur un sujet précis. Il ne s’agit pas ici de produire une définition théorique de la notion, mais d’autoriser les porteurs d’un projet à lui donner une connotation subjective, aidante pour l’atteinte du changement auxquels ils souhaitent contribuer.

Dans cette optique, les AOC sont également fédératrices en ce qu’elles comportent une étape d’explicitation des hypothèses implicites des acteurs. Celles-ci sont souvent à l’origine de la planification d’activités sans être questionnées ou explorées. Les projets reposent ainsi sur des automatismes : tel acteur intervient sur ce sujet de telle manière, car il l’a toujours fait ainsi ; tel problème entraîne telle réponse. Questionner la logique d’action permet une prise de recul quant à la façon d’agir et de penser, la sienne et celles des autres acteurs et de l’enrichir.
Analyser les enjeux des acteurs concernant le changement souhaité pour sortir de l’idée que l’autre s’oppose sans raison et au contraire considérer les protagonistes comme des interlocuteurs mus par une logique tout aussi sensée que la nôtre.
Les outils utilisés sont nombreux et pas si nouveaux. Du photo-langage (figure 17) au brainstorming, il s’agit d’outils qui favorisent la prise de parole des participants et permettent la discussion par la médiation.


Activité au sein de ma structure

Psychosociologue et formatrice, spécialiste dans l’accompagnement des dynamiques de groupe, elle intervient depuis 2012 comme consultante indépendante auprès d’institutions (notamment l’AFD et le CNFPT) et d’organisations (collectivités, ONG, sanitaire et sociale…) en animant des dispositifs participatifs d’analyse de la pratique, de suivi des changements ou encore de capitalisation.

Ses travaux de recherche portent sur l’analyse du vécu de groupes face à de situation de changement. Elle étudie particulièrement les transitions du secteur associatif.

Publication :

Approches Orientées Changement (Supports et vidéos pédagogiques : http://f3e.asso.fr) :

-       Guide Suivre le changement, F3E (2017)

-       Les Approches Orientées Changement : un guide pour animer des ateliers collectifs « Vision et chemin de changement) (2016)

Association / ONG in Dictionnaire de Sociologie Clinique, sous la direction de Agnès Vandevelde-Rougale et Pascal Fugier, Toulouse, ERES, à paraître. (2018)

L’analyse de la crise comme outil pour traiter les rapports de domination invisibilisés dans le secteur associatif, in Face à la domination (tome 2) méthodes cliniques, à paraitre (2019)

Communication :

Les (en)jeux de pouvoir dans le secteur associatif, Congrès de l’Association Française de Sociologie, Amiens 2017.

Le cadre logique, les logiques d’un outil à succès, Colloque Acteurs de l’aide internationale, UNESCO LAM, Bordeaux 2017.

Les éprouvés dans un dispositif d’intervention-recherche, Association Française de Sociologie, Metz, 2017.

Mon parcours de formation

Doctorat sociologie clinique et psychosociologie clinique. Lab du Changement Social et Politique.
[Thèse en cours sur les évolutions de l’aide internationale] Depuis 2013, Paris VII.
Master 2 Sociologie clinique et psychosociologie.
Théories et pratiques de l'intervention dans les organisations. 2012 – 2013, Paris VII
D.U. de Formation d'Adultes (DUFA) –Licence Science de l’éducation. 2012, Paris VIII CCP
Master 2 Solidarité et Action Internationale. 2004, FASSE – ICP
Maîtrise Conception et Mise en œuvre de Projets Culturels. 2001, Paris III.

 
 

Mes coordonnées

Site web : https://www.linkedin.com/in/delphine-vincenot-8bb59972/

Email : co.opus.lab[at]gmail.com