Contexte

APPLICATIONS - atelier RMT Sols et TerritoiresLe Réseau Mixte Technologique Sols et Territoires en partenariat avec le CEREMA et l’Institut Régional du Développement Durable (IRD2), ont organisé le 2 juin 2015 à l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture, un atelier consacré à la prise en compte des sols dans les projets d’aménagement.

Cet atelier avait pour objectif de mettre en place une réflexion visant à définir les éléments nécessaires à une meilleure prise en compte des sols dans les documents de planification (surface et qualité des sols consommés). Il a permis de partager des expériences sur cette thématique complexe, ceci dans le but d’identifier des pistes de travaux pouvant conduire à des projets.

Consultez le programme de cet atelier,

Présentations téléchargeables :

Bilan de l’atelier « Identification et hiérarchisation des enjeux pour l’intégration des données sols dans les projets d’aménagement

Principe de l’atelier de travail

Liste initiale des freins identifiés 

Conclusions sur les principaux enjeux à relever pour une meilleure intégration du « sol milieu » dans les projets d’aménagement :

  • Créer des lieux d’échanges et de capitalisation des savoir-faire sur l’intégration des données sol dans les projets d’aménagement. Efforts nécessaires de R&D pour mettre en place des méthodes génériques et capitalisées.  Favoriser les espaces et temps de rencontre entre producteurs et utilisateurs des données.
  • Mise en place d’une législation à l’échelle Européenne qui facilite la préservation et la valorisation des ressources en sols : donner un cadre générique partagé qui laisse la place à la spécificité de chaque territoire.
  • Améliorer les systèmes et méthodes d’acquisition de données car l’acquisition des données entraine un coût important pour les structures, ce qui les pousse à privatiser la données lorsqu’elle est acquise
  • L’échelle de validation pour intégrer la donnée sol dans un projet d’aménagement est trop petite (1/100 000eme / 1/250 000) par rapport à l’échelle des cartographies existantes disponibles (1/250 000eme). De plus, les données pédologiques brutes ne sont pas validées sur tous les territoires et inégalités dans la diversité des échelles d’acquisition disponibles selon les territoires

Il a également été noté l’importance de :

  • Réfléchir à des solutions d’open data permettant d’éviter de commercialiser les données
  • Mieux valoriser les données existantes

Documents téléchargeables ;

 

visuel atelier