Quel message souhaitez-vous transmettre aux citoyens pour les inviter à engager des actions pour préserver l’environnement et plus particulièrement la biodiversité ?

Jean Karl DESCHAMPS

Jean Karl DESCHAMPS

Les choses sont finalement assez simples : pour vivre, l’Homme a besoin d’air pour respirer, d’eau pour se désaltérer, d’une faune et d’une flore pour se nourrir et se guérir. Maintenant, fermez les yeux : et essayez d’imaginer un instant ce que pourrait être la vie de l’Homme sur une planète ou l’air serait irrespirable, l’eau inconsommable et la flore quasi inexistante ? Bienvenue dans un film d’horreur ! Certes mes propos sont exagérés ou plus exactement caricaturaux. Quoique, lorsque les chercheurs expliquent combien d’espèces naturelles ont disparu en 1 siècle, et surtout quelle est l’accélération du nombre de ces disparitions par rapport aux siècles précédents, on finit par se demander si la caricature n’est pas la vérité ! Je fais partie de celles et de ceux qui sont convaincus que, de manière générale, la notion « d’âge d’or » n’a pas de sens. Il ne s’agit donc pas pour moi de prôner ici un quelconque « retour en arrière » ! Bien au contraire j’invite chacun à participer à nous construire un avenir diffèrent qui, vu ce que nous savons aujourd’hui sur les impacts de notre mode de développement, ne peut pas se faire sur la base des pratiques, voir des recettes d’hier. Nous avons donc collectivement la lourde responsabilité d’essayer d’inventer un nouveau mode de développement, de risquer ensemble autre chose. Et c’est finalement une aventure exaltante !

Il va falloir faire autrement pour continuer à faire…..

Faire autrement en intégrant les dimensions économiques, écologiques et sociales et en tenant compte de l’avis du citoyen pour lui permettre de participer à changer la vie ! Il va falloir développer une réelle information au service de la compréhension des enjeux par l’opinion publique. Rapprocher la science de la société. Sortir de la démagogie ambiante qui règne dans ce monde de la facilité. Accepter que ce soit compliqué et qu’il n’y ait pas de « recettes » toutes faites. Il va aussi falloir reparler de l’intérêt général. Et peut-être même réhabiliter la politique ! C’est vous dire si le chantier est vaste et motivant !

Les générations futures disposent, pour relever ce défi, d’outils formidables : une science extraordinaire, la conscience des choses et un niveau de richesse jamais atteint !